Nadine et pour vous quels sont les 6 principes ?

Nadine Lebeau

Voici  6 principes du Clean Language suivant ma vision actuelle :

  1. Une attitude du facilitateur qui respecte et valorise le monde métaphorique du client. Cette attitude comporte entre autres le fait de sécuriser le client quel que soit ce qu’il découvre. Le facilitateur explore et guide le client pour que celui-ci appréhende son monde symbolique et le perçoive de telle sorte qu’un changement puisse y avoir lieu. Le facilitateur accompagne ce changement afin de s’assurer que celui-ci est écologique et qu’il se propage de façon adéquate à l’ensemble du paysage symbolique. Le facilitateur sait où il en est de son processus avec le client, il sait dans quel but il pose une question, il a un modèle du monde symbolique de son client. Le facilitateur est à l’aise avec le fait de ne pas savoir.
  2. Des questions simples et « propres » qui permettent au client de se sentir chez lui et d’utiliser son esprit à découvrir son monde, plutôt qu’à comprendre les questions. L’écoute et la façon de poser des questions sont propices au maintien du client dans son monde symbolique.
  3. L’espace métaphorique du client est un facilitateur du processus, il peut être utilisé dans l’exploration du monde symbolique du client en utilisant les questions du Clean Language ou le Clean Space.
  4. Le facilitateur utilise les questions propres et les mots du client uniquement.
  5. Le client et le facilitateur découvre le monde du client qui est le centre de leur attention. Cela implique pour le facilitateur et le client d’être en rapport avec ce monde symbolique. Accompagner le client à être en rapport avec son monde symbolique est souvent le premier travail du facilitateur. Le facilitateur se doit aussi d’être attentif à ne pas se laisser entrainer dans le monde symbolique de son client.
  6. Les savoirs émergents permettent, en suivant les mêmes présupposés et la même attitude du facilitateur, d’aller de façons différentes et efficaces explorer le monde symbolique du client.

Notes de la rédaction concernant l’espace métaphorique en 3 et le monde symbolique en 5 : Lorsque le facilitateur utilise les questions du Clean Language, qui en fait reprennent les mots du client, au bout d’un certain temps, le client commence à parler avec des métaphores et surtout à les décrire et les faire vivre. Il engage une relation avec ces métaphores qu’il perçoit alors comme un monde symbolique. L’espace métaphorique est l’espace qui contient ce monde symbolique, il est généralement signifié par les gestes du client.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *