Les journées de l’émergence sont terminées – le témoignage d’Adelyne

Retour d’expérience sur les 2 journées du « Salon d’Émergences » de l’Association du Clean Language Francophone, les 12 et 13 novembre 2021

Par Adelyne ALBRECHT

Après avoir participé à l’événement « Salon de printemps » de l’association en mars 2021, c’est avec un enthousiasme confiant que je me connectai hier matin depuis le fuseau Martinique pour vivre un long moment d’inspiration et de créativité, et surement bien plus encore, par visioconférence.

Un groupe de coaches et professionnels de l’accompagnement formés au clean language, qui ont à cœur de partager cette pratique dans toutes ses applications diverses et évolutives. Un moment de découverte de soi et de la richesse des autres, et d’inspiration pour notre pratique, un moment d’émergences…

Une succession d’ateliers qui proposent un protocole, en plénière ou sous-groupe, dont chacun fait sa propre expérience personnelle. Un cadre temporel et d’écoute parfaitement respecté grâce à la l’engagement de Chloé Nortier et Sarah Scarratt.

Tout d’abord, Lynne Burney nous a proposé une constellation chamanique, pour révéler les énergies qui nous soutiennent conditionnellement et inconditionnellement, et nous rappeler les compétences et qualités que nos ancêtres des humains savaient exploiter. J’ai créé une visualisation ressource de plus pour moi.

Puis Bogena Pieskiewicz nous a initiés à la métaphore de réalité liquide du sociologue Zygmunt Bauman, pour nous faire découvrir comment prendre des décisions dans un paradigme de probabilités, qui finalement a toujours été là. J’y ai trouvé de nouvelles perspectives d’action et confiance en moi.

Philippe Lemaire a soumis à notre expérience un protocole en 9 questions, afin de développer notre confiance en dévoilant nos croyances sur la réussite. J’ai pu faire encore un pas en avant en prenant conscience de mon conflit de valeurs convictions-ouverture.

Pour clôturer la première journée, Sophie de Bryas nous a menés dans une relaxation pour localiser nos 3 espaces de rangement par le cerveau de l’inévitable, du peut-être et de l’impossible. Ce fût l’opportunité de nous programmer pour inévitablement devenir grands, et comme Jennifer de Gandt nous avait précédemment proposé cette citation « Le but de la vie c’est devenir l’amour », grandir c’est devenir l’amour, il est probable que certains d’entre nous soient devenus un peu plus l’amour !

Et le lendemain…

Après le clean setup orchestré par Sarah Scarratt, nous avons commencé les ateliers thématiques :

Le clean et la sophrologie : Grâce à Nelly Michelin et David Bancel, nous avons compris comment le clean facilite la visualisation, et comment la relaxation facilite le clean.

Le clean et le travail avec les jeunes : Sarah Scarratt nous a fait vivre une expérience de modélisation systémique, une pratique qui permet à un groupe de modéliser le système qu’il constitue. Les jeunes peuvent développer le non-jugement, l’ouverture et l’intérêt pour les autres.

Le clean, la nourriture et l’enfant intérieur : Isabelle Levée Siour nous a partagé comment sa pratique du clean lui permettait d’accéder à l’enfant intérieur et au reparentage pour accompagner les personnes à transformer leur relation à la nourriture.

Le clean en formation : partage de pratiques pour mieux appréhender dans quel cas et comment utiliser l’approche clean en session de formation.

L’Art et le clean : Michèle Fattal nous a fait vivre une expérience dans laquelle nous avons utilisé l’art et les questions clean pour faire émerger de l’information pour nous-mêmes.

Un temps a été réservé pour mieux nous connaitre les uns les autres et présenter les améliorations continues en cours de l’association.

Et pendant tout ce temps : j’étais comme un poulpe ancré au sol, qui ondule avec le flow et est aspiré vers le haut. Un poulpe qui trouve ça fun et qui s’esclaffe.